Les séries à ne pas manquer en janvier 2023 

L’adaptation d’un chef-d’œuvre du jeu vidéo, un polar surnaturel signé Winding Refn, Jean-Pascal Zadi en candidat à la présidentielle, et des cauchemars signés Junji Ito : les six séries à suivre en janvier 2023.

The Last of us de Neil Druckmann et Craig Mazin

La série la plus attendue de 2023 n’a pour l’heure toujours pas de diffuseur français. L’adaptation du jeu vidéo The Last of Us, chef-d’œuvre paru en 2013 sur PlayStation 3, sortira bien sur HBO le 15 janvier, mais la fin du deal d’exclusivité entre la chaîne câblée américaine et OCS rend incertaine sa diffusion hexagonale, même si Amazon semble bien placé pour empocher le pactole.

Et quel pactole ! Les aventures post-apocalyptiques de Joel, père de famille endeuillé par la mort de sa fille, et d’Ellie, adolescente mystérieusement immunisée au virus qui a transformé la population mondiale en zombies assoiffés de sang, avait affolé les joueur·euses et la critique à sa sortie, propulsant The Last of Us au panthéon des jeux les plus mémorables de ces vingt dernières années. La présence de Neil Druckmann aux commandes (réalisateur et scénariste du jeu, ainsi que de sa suite sortie en 2020) a d’ores et déjà rassuré des fans craintif·ves, qui espèrent que Pedro Pascal et Bella Ramsey (tous deux passé·es par Game of Thrones) seront à la hauteur de l’événement. 

Le 15 janvier sur HBO 

Copenhagen Cowboy de Nicolas Winding Refn

Trois ans après la diffusion de Too Old to Die Young, objet bizarroïde à l’image de son géniteur, traversé de fulgurances mais aussi sec et pompeux, Nicolas Winding Refn revient avec une nouvelle série, cette fois sous pavillon Netflix. Copenhagen Cowboy suivra l’itinéraire criminel de Miu, jeune fille énigmatique en quête de vengeance, qu’une vie de servitude a transformé en machine à tuer dans les bas-fonds de la capitale danoise. On nous promet une odyssée hallucinatoire “à travers le naturel et le surnaturel”, et si l’on se réjouit de retrouver les éclats formalistes du réalisateur de Drive et Only God Forgives, on espère qu’il parviendra à juguler son goût pour la démesure, et les démonstrations de force parfois un peu vaines. 

Sur Netflix le 15 janvier

Extraordinary de Emma Moran

Dans un univers parallèle où tout le monde se découvre un pouvoir extraordinaire le jour de ses 18 ans, Jen se sent un peu seule. À 25 ans, elle n’a toujours pas développé la moindre faculté surnaturelle. Elle n’est pourtant pas regardante, et se contenterait aussi bien de super vitesse que de vision laser… Série britannique pilotée par les producteurs de la géniale Killing Eve, Extraordinary mêlera comédie super-héroïque et sitcom façon 1990’s à travers le portrait de Jen et de ses trois colocataires.

Sur Disney+ le 25 janvier

En place de Jean-Pascal Zadi

Un éducateur de banlieue parisienne propulsé au second tour de l’élection présidentielle : c’est le programme d’En place, série Netflix signée Jean-Pascal Zadi, qui, deux ans après Tout simplement noir, continue d’interroger avec un humour acide la place des Noir·es dans la société française. On le retrouvera dans le rôle principal au côté d’Eric Judor, Benoît Poelvoorde, Marina Foïs ou encore Fary, dans ce qui s’annonce comme la comédie incontournable de ce début d’année. 

Le 20 janvier sur Netflix

That ’90s show de Bonnie Turner

Nineties are the new seventies. Plus de 20 ans après That ’70s show, sitcom culte du début des années 2000 qui auscultait avec drôlerie les années 1970, les Forman sont de retour pour sonder une autre période antique : les années 1990. On y suivra Leïa, la fille d’Eric Forman, partie dans le Wisconsin passer les vacances chez ses grands-parents paternels, toujours campé·es par Debra Jo Rupp et Kurtwood Smith. La prolongation tardive d’une sitcom culte, qu’on espère à la hauteur de son illustre aînée. 

Le 19 janvier sur Netflix

Junji Ito Maniac Japanese Tales of the Macabre de Junji Ito

Mangaka de génie souvent considéré comme le maître japonais de l’horreur, qui au carrefour des années 1990 et des années 2000 donna à la J-Horror sa forme crayonnée terminale, Junji Ito sera célébré le 19 janvier sur Netflix avec une anthologie d’animation reprenant vingt histoires d’épouvante imaginées par ses soins.

L’occasion pour les non-initié·es de découvrir le travail fabuleux d’Ito – irrigué par les récits de fantôme japonais et sous influence lovecraftienne – et pour les fans déjà acquis à sa cause d’assister à l’anoblissement et la reconnaissance internationale d’un maître de l’horreur longtemps inconsidéré au-délà les frontières nippones. 

Le 19 janvier sur Netflix

Les séries à ne pas manquer en janvier 2023  – Les Inrocks